Invitation

Bonjour, je serais très heureuse de vous voir au vernissage de ma prochaine exposition conjointe avec Odile Villeroy « Sous les Racines » à l’Atelier Museum Haus Ludwig à Sarrelouis (Allemagne), Kaiser-Wilhelm-Strasse 2. Vernissage dimanche 29 mars à 11 h en présence de Roland Henz, maire de Sarrelouis, Ulrich Commerçon, ministre pour l’Education et les Affaires culturelles du Land de Sarre et Anne Funke, historienne d’art. J’y présenterais ma série « Le chien qui hurle (suite) » Exposition du 29 mars au 19 avril. Ouvert du lundi au vendredi et le dimanche de 14h30 à 18h30 / Le samedi de 10h à 18h30 Week-end de …

Enfant, je pensais que le monde n’existait pas

Enfant, je pensais que le monde n’existait pas. Je l’inventais au fur et à mesure. De cet âge où les sentiments surgissent, je garde une image influente et contrastée. Représentation originelle chargée d’émotions : la peur, un vide sans fond, le doute, une joie à l’état brut, une énergie pure… Ces toutes premières années de ma vie se déroulent dans un temps en dehors de l’histoire, un âge d’or où les dieux, les enfants-rois, les hommes-bêtes et les anges-démons se côtoient. Puis, peu à peu, tout cela s’estompe. Une autre vie, la raison, d’autres images prennent place jusqu’à recouvrir les …

L’Œil du chien
qui hurle dans la nuit (dummy)

« C’est devenu une obsession, je veux comprendre ce monde derrière le monde. Le monde originel. Celui de nos pulsions, de l’inconscient, de nos racines enfouies ; Je cherche à faire affleurer ce qui nous est commun à nous les humains. Ce qui nous habite en profondeur : inquiétudes et fantasmagories, puissant signaux du passé, énergies vitales, essence animale… A la recherche du mythe fondateur, celui qui se déroule dans un temps primordial et lointain, un temps hors de l’histoire, un âge d’or, un temps de rêve. Un monde merveilleux où les dieux, les enfants-rois, les hommes-bêtes et les anges-démons se côtoient. …

Invitation

Bonjour, Je suis heureuse de vous accueillir à notre nouvelle expo « Images intérieures » dans la belle galerie de la médiathèque de Creutzwald en Moselle. Nous serons sur place, Odile et moi, samedi 27 septembre toute la matinée et jusqu’à 14h. Alors, amis Mosellans et Sarrois, venez nous rendre une petite visite, prendre l’apéro et regarder des images… sur papier ! Gravures comme photos, nos images sortent tout droit de notre imaginaire, des images à caresser de l’œil, avec une texture, un grain, une tessiture… Venez essayer cette incroyable expérience d’une œuvre tirée sur papier. Voir ma série complète… Voir quelques …

3e prix du Concours National Auteur FPF

Mon travail sur le mot « enfer » vient d’être primé au concours national auteur 2014 par la Fédération Photographique de France (FPF) : Concours National Auteur I 3e prix « Rêves lucides » (bon OK, le titre est pas génial !) 18 dytiques Voir la série… Lire le texte… Voir le site FPF…

Invitation

« Ailleurs », c’est le titre de la 18e Biennale Internationale de l’image qui se déroule à Nancy. J’y expose un extrait de ma série « L’œil du chien qui hurle…. » sous le titre « Neuf rêves » du 3 au 18 mai 2014. Inauguration vendredi 2 mai à 18h30 sur le site Alstom, 50 rue Oberlin à Nancy. Voir la série complète… Voir le site de la Biennale

« L’Œil du chien qui hurle la nuit »

“Voir plus loin, voir dans l’invisible, à travers l’espace et le temps” nous murmure Jean-Claude Ameisen. Photographier cette zone inatteignable de notre conscience où tout devient possible, plus sombre, plus grand, plus dense… Cet ailleurs pourtant si proche. Capter les rêves, l’espace-temps de notre sommeil, où passé et présent se mêlent, où l’on se souvient de ce qui viendra demain. Cet univers sur lequel nous n’avons aucune prise, où l’on peut voler, où l’on a si peur, où l’on aime si fort… Flux et reflux entre douceur et angoisse, netteté et disparition, étrangeté et réel. Photographier nos images mentales, celles qui …

Récit de voyages

Au Moyen-Âge, les récits de voyage étaient des récits de quête, une succession de découvertes, des narrations épousant l’expérience… ou au contraire entièrement reconstituées d’après souvenirs. C’est un genre littéraire difficile à cerner. Une esthétique du fragment et du discontinu, fait de bribes, d’impressions, de descriptions… comme autant de digressions. Ce genre nouveau témoigne alors d’un bouleversement de la pensée occidentale : l’expérience de ce qui est autre… et de l’Autre. Dans mon récit, je décide de prendre le contre-pied et de partir à la découverte du monde originel. Comme les Amériques au XVIIIe siècle, mon corps, ces quelques centimètres carré de peau, devient une territoire vide invitant …