Comment la photographie
nous aide à matérialiser nos pensées

L’engouement de l’argentique ou pourquoi il faut imprimer ses images L’engouement de la photo argentique révèle sans doute un besoin : celui de créer des preuves que nos pensées, ces objets immatériels, ont bien une existence. On est loin d’un retour en arrière ou d’une nostalgie un peu naïve pour tout ce qui est ancien. Du cerveau à la main, l’argentique est devenu un moyen d’expression rapide – beaucoup plus rapide que le numérique – pour donner une vie physique à des œuvres de l’esprit. Je pense, j’agis et j’obtiens un objet physique : un négatif. Ce raccourci entre deux …

Dédales

“Dédales” ce sont des images mentales d’une pensée mathématique en construction, un univers onirique rempli de messages cryptés. Une plongée dans un cyberespace, une constellation de champs lexicaux, un ensemble de signes, formes et couleurs appartenant à l’indistinct mais déjà à la vie. Une matrice où les formes latentes de la matière naturelle ou humaine s’organisent comme les prémices d’une idée. De la myriade de lignes qui se croisent de façon désordonnée émerge peu à peu une logique fascinante. “Dédales” tente de matérialiser la pensée, un des objets les plus dissimulés de notre réalité. On avance dans cette connaissance par …

Nous étions anges

Créer des images pour affronter le monde Enfant, je pensais que le monde n’existait pas, que je l’inventais au fur et à mesure. Dans la toute petite enfance, les pensées-images, réelles, imaginaires et rêvées, ne font qu’un. De cet âge, je garde un souvenir influent et contrasté, mêlé de danger, peur, vide, mais aussi de joie à l’état brut, d’énergie incommensurable… Mais peu à peu les images du monde des adultes ont pris de plus en plus de place jusqu’à recouvrir les miennes. Ce passage vers l’âge de raison est une perte : l’accès conscient aux pensées-images originelles m’échappe définitivement. …

« Nous étions anges » sélectionné
par Book Machine Paris Photo 2015

Book Machine, c’est un événement autour du livre organisé sur Paris Photo 2015 par Onestar Press. Trois heures pour réaliser avec un graphiste, en direct et en public, un livre de 64 pages et sa couverture. Mon projet “Nous étions anges” a été sélectionné. J’adore le résultat ! Merci Alix (Häfner) pour ton editing précieux et merci Nicolas (Armand) pour la finesse de ta maquette. Maintenant, je cherche un éditeur… Book Machine Paris Photo 2015 / Making Off en vidéo Book Machine Paris Photo 2015

Anne Funke, historienne d’art,
présente l’exposition
« Sous les racines »

Odile Villeroy et Claire Jolin : « Sous les racines » Ausstellung Atelier Museum Haus Ludwig, Saarlouis, 29. März 2015 Mit ihren Arbeiten auf Papier treten Odile Villeroy und Claire Jolin in einen Dialog ein. Ich freue mich, diesen Dialog näher betrachten zu dürfen. Die französischen Künstlerinnen präsentieren sowohl jüngere, jüngste!, Arbeiten, als auch Ältere, die durch eine feinfühlige Hängung … neue Bedeutung gewinnen. En préparant l’exposition commune d’Odile Villeroy et de Claire Jolin, j’ai été surprise par le titre « Sous les racines ». Accrochée par les travaux en noir et blanc des deux artistes, j’ai eu l’impression d’entreprendre un voyage vers le monde …

Lu dans la presse…
Metamorphose aus Zeichen- und Fotokunst

Odile Villeroy und Claire Jolin, beides französische Künstlerinnen, gehören nicht nur unterschiedlichen Generationen an, ihre Kunstwerke unterscheiden sich auf den ersten Blick auch deutlich. Zwar arbeiten beide mit Papier, während Odile Villeroy sich allerdings aktuell hauptsächlich mit fragilen Natur-Zeichnungen befasst, hält Claire Jolie ihre Motive mit der Fotokamera fest. Zum ersten Mal stellen die Damen jetzt gemeinsam unter dem Titel „Sous les racines – Unter den Wurzeln“ im Atelier des Museums Haus Ludwig Saarlouis aus. Ihre Arbeiten sind noch bis 19. April zu sehen. Lire la suite… Petra Molitor

Invitation

Bonjour, je serais très heureuse de vous voir au vernissage de ma prochaine exposition conjointe avec Odile Villeroy « Sous les Racines » à l’Atelier Museum Haus Ludwig à Sarrelouis (Allemagne), Kaiser-Wilhelm-Strasse 2. Vernissage dimanche 29 mars à 11 h en présence de Roland Henz, maire de Sarrelouis, Ulrich Commerçon, ministre pour l’Education et les Affaires culturelles du Land de Sarre et Anne Funke, historienne d’art. J’y présenterais ma série « Le chien qui hurle (suite) » Exposition du 29 mars au 19 avril. Ouvert du lundi au vendredi et le dimanche de 14h30 à 18h30 / Le samedi de 10h à 18h30 Week-end de …

Enfant, je pensais que le monde n’existait pas

Enfant, je pensais que le monde n’existait pas. Je l’inventais au fur et à mesure. De cet âge où les sentiments surgissent, je garde une image influente et contrastée. Représentation originelle chargée d’émotions : la peur, un vide sans fond, le doute, une joie à l’état brut, une énergie pure… Ces toutes premières années de ma vie se déroulent dans un temps en dehors de l’histoire, un âge d’or où les dieux, les enfants-rois, les hommes-bêtes et les anges-démons se côtoient. Puis, peu à peu, tout cela s’estompe. Une autre vie, la raison, d’autres images prennent place jusqu’à recouvrir les …

L’Œil du chien
qui hurle dans la nuit (dummy)

« C’est devenu une obsession, je veux comprendre ce monde derrière le monde. Le monde originel. Celui de nos pulsions, de l’inconscient, de nos racines enfouies ; Je cherche à faire affleurer ce qui nous est commun à nous les humains. Ce qui nous habite en profondeur : inquiétudes et fantasmagories, puissant signaux du passé, énergies vitales, essence animale… A la recherche du mythe fondateur, celui qui se déroule dans un temps primordial et lointain, un temps hors de l’histoire, un âge d’or, un temps de rêve. Un monde merveilleux où les dieux, les enfants-rois, les hommes-bêtes et les anges-démons se côtoient. …